40 ans d’écriture

40 ans d’écriture

L’année 2016 marque les 40 ans d’écriture de notre collaborateur Paul-François Sylvestre. Pour souligner l’événement, les Éditions du Gref publient Ces chers escrocs, une version revue et augmentée du roman Des œufs frappés… paru exactement 30 ans passés. Il s’agit du 46e livre de Paul-François Sylvestre. L’Express s’est entretenu avec le prolifique auteur.

Quel a été votre premier ouvrage?

En 1976, j’ai publié Propos pour une libération (homo)sexuelle aux Éditions de l’Aurore, à Montréal. C’était un journal intime de ma sortie du placard, une première au Canada français. Je ne le savais pas à l’époque, mais cela allait être le premier de 46 livres.

Au fil des ans, vos écrits vous ont consacré comme «la mémoire vive de l’Ontario français». Sur les 46 ouvrages publiés à ce jour, combien ont un contenu essentiellement historique?

Au moins 25 ouvrages ont un contenu historique franco-ontarien. Environ 12 livres ont un contenu homosexuel. On peut donc dire qu’il y a deux filons évidents dans mes écrits: l’Ontario français et l’homosexualité.

Le fait d’être doublement minoritaire – francophone en Ontario et gai – m’a poussé à écrire, à dire ma double fierté.

Pouvez-vous nous donner un ou deux exemples de titres qui ne sont pas carrément franco-ontarien ou gai?

Il y a le roman Anne, ma sœur Anne (qui raconte l’histoire d’une religieuse de Kingston, qui a poursuivi sa communauté pour harcèlement et maltraitance).

Dans le cas du roman Des œufs frappés… / Ces chers escrocs (qui traite de la contrebande d’alcool durant les années de la prohibition), les trois principaux personnages sont canadiens-français et l’un d’eux est gai, mais la francité et l’orientation sexuelle demeurent très secondaires.

Dans la nouvelle édition de ce roman, pourquoi avez-vous remplacé le titre Des œufs frappés… par Ces chers escrocs?

Parce que c’était le titre original de mon manuscrit en 1986. Les Éditions Prise de parole (Sudbury) avaient plutôt opté pour un titre qui fait référence à une technique de contrebande.

Comme mes trois contrebandiers sont à la fois sympathiques et hors-la-loi, j’ai proposé aux Éditions du Gref (Toronto) de revenir au titre original du manuscrit dans la nouvelle édition revue et augmentée.

Quel genre d’ajouts avez-vous apportés à la nouvelle édition?

Chacun des 19 chapitres a été enrichi, parfois avec des ajouts substantiels. À titre d’exemple, lorsque je mentionne que le gangster Al Capone serait venu assister à la messe à l’église Holy Rosary / Saint-Rosaire, je fournis des renseignements sur des Canadiens français qui ont joué un rôle dans ce secteur de Windsor qui s’appelait Ford City.

Il y a même une note en bas de page qui décrit ce qu’est devenue l’église aujourd’hui.

Quant au personnage Émile Lespérance, on devinait qu’il est gai dans la première version, alors que cela est très évident dans Ces chers escrocs. J’ai même dépeint une scène au lit avec l’escroc américain Barry.

Autre élément nouveau, quand Édouard Marentette va à Ottawa avec son amie Viviane Perras, ils logent au Château Laurier; j’ai ajouté quelques détails sur l’élection fédérale de 1921, remportée par William Lyon Mackenzie King, et j’ai précisé que le fédéral contrôle uniquement la production de l’alcool, alors que les provinces ont le monopole sur la vente des boissons alcooliques.

La nouvelle édition offre plus que le roman revu et augmenté. On y trouve deux nouveaux appendices. De quoi s’agit-il?

La première version avait un appendice sur la chronologie de la prohibition en Ontario. Nous l’avons repris et nous avons ajouté un appendice regroupant les divers comptes rendus du roman (tous parus en 1987).

Il y a aussi une liste détaillée de mes 46 livres, de 1976 à nos jours; une brève description accompagne chaque titre, ce qui devrait plaire aux professeurs et chercheurs.

Comment allez-vous souligner vos 40 ans d’écriture?

Par un voyage à Paris! Je suis invité à prononcer une conférence sur «400 ans de présence française en Ontario» au Centre culturel canadien le 17 mars. Cela coïncidera avec le Salon du livre de Paris, où je ferai des séances de signature de mon nouveau roman.

J’espère que le Salon du livre de Toronto m’invitera en décembre à une activité au Café des littéraires pour échanger avec le public sur 40 ans d’écriture.

Read More..

views : 229 | images : 1 | Bookmark and Share


Enter your comment below

  1. Agora Publishing Consortium
  2. Le Journal Canadien
  3. Dominion: Food News
  4. The Rebellife Magazine
  5. LeCanadian.com
  6. The Ottawa Star
  7. Xcheaters-Reviews.com Magazine
  8. Elections Canada Magazine
  9. Singles-Ottawa.com
  10. flirthookup-flirthookup.com
  11. Xcheaters-com.com
  12. Xcheaters-bistro.com
  13. Xmeeting-com-com.com
  14. Xmeeting-com-com-com.com
  1. Agora Publishing Consortium
  2. Le Journal Canadien
  3. Dominion: Food News
  4. The Rebellife Magazine
  5. LeCanadian.com
  6. The Ottawa Star
  7. Xcheaters-Reviews.com Magazine
Vous cherchez la meilleure solution pour répondre à vos besoins d’affaires?